Vous vous êtes déjà demandé pourquoi certaines personnes performent systématiquement quel que soit le domaine dans lequel ils vont se plonger?

Un jour ils décident de parler une langue étrangère, de jouer d’un instrument de musique, de pratiquer un nouveau sport, et BIM ! rien de plus facile pour eux. C’est énervant à la fin. Faut dire, pour une personne normalement constituée, il faut des années pour acquérir un nouvel apprentissage et encore, si on n’a pas abandonné avant. Mais alors quel est leur secret ? Et si l’explication venait d’une zone primitive de notre cerveau appelée SAR ?

 

 

SAR, kézaco ? C’est le Système d’Activation Réticulaire.

Cette zone a été mise en évidence la première fois en 1949

La formation réticulée est l’une des plus anciennes structures nerveuses du tronc cérébral, lui-même étant ce qu’on peut considérer comme un des centres les plus primitifs du système nerveux central. Il est situé à la base du cerveau, proche de l’hypothalamus.

Le SAR agit comme un filtre de tout ce qui se passe autour de nous, que ce soient les goûts, les sons, les couleurs, les odeurs, les images.

A tout moment de la journée, nous captons plus de 2 millions de données.

C’est là que le SAR intervient puisque c’est la zone du cerveau qui va déterminer quelles sont les informations à conserver. Pour cela, il tient compte des éléments importants pour vous à ce moment précis.

Vous avez déjà remarqué quand vous avez acheté une voiture, que soudainement vous voyez partout le même modèle autour de vous ? Comme si tout le monde s’était donné le mot ? Et bien c’est simplement le SAR qui se met en action et qui vous met devant les yeux les données importantes du moment. Les voitures étaient déjà là.

SI à chaque fois que vous allumez la radio, vous tombez sur Aya Nakamura ou Jul, désolé je ne peux rien pour vous, changez de radio, vous avez des goûts de m…

 

Plus sérieusement, comment peut-on se servir du SAR à son avantage ? Habituellement si vous dites que vous n’avez pas confiance en vous, le SAR va justement vous mettre en évidence tous les évènements qui justifient votre propre postulat. Vous remarquez aussi que les personnes qui affirment être toujours en retard sont effectivement toujours en retard, agissent comme si elles faisaient tout pour être en retard,  ou que les personnes qui affirment ne jamais réussir à perdre du poids ne perdent effectivement pas un gramme malgré tous leurs efforts ?

Le SAR nous met devant la face toujours uniquement ce qui est vrai pour nous. Plus nous voyons de preuves, plus cela renforce notre système de croyances. Et plus cette croyance est forte et plus on passe de temps à se la formuler à soi-même en créant une sorte de cercle vicieux de la croyance.

Pour ma part, je me trouve très mauvais danseur, je me le dis souvent et chaque occasion de danser est une possibilité pour moi de le démontrer aux autres et de me confirmer cette croyance. Je n’écoute pas vraiment la musique, je suis déjà impatient que la musique s’arrête, je me trouve ridicule et j’ai l’impression que tout le monde autour de moi se moque. Et pourtant, si j’explore mes souvenirs, suis-je si mauvais que ça ?

 

C’est ainsi que la pensée positive, trouve son efficacité. Il s’agit d’activer notre SAR sur ce qui compte pour nous. En activant notre dialogue interne de manière positive, en se disant par exemple :

« J’ai confiance en moi »

« Je suis ponctuel »

« Je suis capable d’atteindre mes objectifs »

Pour ma part, ce serait plutôt : « et si tu te laissais aller, sans te préoccuper du regard des autres, tu vas prendre du plaisir à danser »

En formulant un objectif positif et construit, alors votre SAR va vous montrer des preuves de vos pensées pour vous prouver ce qui est vrai pour vous, pour conforter votre nouvelle croyance.

La conclusion de tout ça c’est que sans objectif, pas de résultat. Les personnes qui réussissent ont un plan très précis, elles savent ce qu’elles veulent et savent quel engagement cela implique pour y parvenir. Cela leur permet de valider chacune des étapes, de valider leurs progrès au quotidien, d’engranger ainsi de la confiance et de la motivation.

C’est ainsi que fonctionne la méthode Coué, en s’autorisant des désirs et des croyances ressources.

Formulez donc très clairement votre plan d’action, avec des dates, des détails précis, des moyens de mesurer votre avancée, jalonnez des étapes, définissez ce qui est vraiment important pour vous et des ressources internes que vous aurez besoin de mobiliser pour y parvenir.

Félicitations, votre 1° étape vers l’atteinte de votre objectif vient déjà de se terminer. Maintenant faisons le point ensemble pour déterminer les prochaines étapes et mettre toutes les chances de votre côté.