Dans les précédents articles sur le multitasking, nous avons vu qu’il était compliqué voire contreproductif pour le commun des mortels de chercher à accomplir plusieurs tâches en même temps. Mais qu’en disent exactement les neurosciences à ce sujet ? Les hommes et les femmes sont-ils égaux et n’y aurait-il pas un moyen de segmenter notre cerveau pour gagner en efficacité ?

 

Au début, ça parait facile d’empiler des couches, il est tout à fait concevable de marcher, tout en écoutant un ami parler au téléphone, suivre une recette de cuisine tout en mettant une lessive, écouter la radio… c’est même agréable de sentir cette efficacité telle une divinité aux multiples bras.

Ok, mais toutes ces tâches demandent une attention limitée et surtout activent les mêmes zones cérébrales.

Et si on compliquait la chose : essayez de compter le nombre de lettres E dans ce texte tout en récitant l’alphabet à l’envers. Alors ? facile ? pourtant exécuter ces 2 actions l’une après l’autre devient un jeu d’enfant.

 

Pourquoi c’est compliqué nerveusement ?

La difficulté du multitasking commence lorsque l’on essaie de réaliser plusieurs tâches complexes en même temps, il se produit dans notre cerveau ce qu’on appelle un «central bottleneck» : un goulot d’étranglement qui nous oblige à séparer les tâches complexes pour les exécuter les unes après les autres jusqu’à ce que ces tâches complexes deviennent quasi automatiques. Si vous êtes bluffés par cette vidéo de certaines personnes avec une habileté démesurée, dites vous que ces tâches sont devenues automatiques pour elles.

Et rappelez vous que vous aussi vous avez poussé certaines habiletés jusqu’à devenir des automatismes, c’est ce qu’on fait tous en voiture. Entre vos 1° leçon de conduite et aujourd’hui, observez le chemin parcouru : pas besoin de se poser 10 000 questions pour mettre le clignotant, appuyer sur la pédale d’embrayage, regarder dans ses rétros, freiner, tourner… tout ça se fait instinctivement sans faire de nœuds au cerveau. Et certains arrivent même à combiner avec une chanson à tue-tête ou de partir en exploration nasale.

Distinguer Task Set et Attention Set

Le task set est notre représentation d’une tâche. Ainsi recevoir 2 task set, autrement dit 2 consignes simultanées revient à activer 2 zones cérébrales en même temps et donc de les faire entrer potentiellement en conflit.

L’attention set concerne notre focalisation. Dans les études liées à ce phénomène, il est prouvé qu’une zone activée par un processus reste sensibilisée et donc active quelques temps. Donc même lorsque nous enchainons des tâches même différentes, les zones du cerveau « s’allument les unes après les autres » et restent activées. La conséquence directe est une baisse de performance immédiate sur chaque nouvelle tâche, la focalisation n’étant pas encore pleinement dédiée à celle-ci.

Ainsi, pour garantir une disponibilité optimale, n’essayez surtout pas d’exécuter des tâches complexes en même temps et si vous devez les enchainer, faites soit une pause de quelques minutes entre les 2 ou intercalez une tâche simple ou automatique.

Vous avez remarqué encore une fois en voiture que nous pouvons facilement écouter la radio en même des émissions faisant appel à notre réflexion. Tout se passe normalement jusqu’à ce qu’on se mette à chercher notre route. Quel est notre 1° réflexe, baisser le volume voire couper la radio pour se concentrer entièrement à cette préoccupation suprême.

Man vs Woman

Il n’y a donc pas véritablement de différence entre les hommes et les femmes. Si les femmes paraissent capables d’exécuter davantage de tâches simultanées, c’est sans doute qu’elles y sont habituées, voire conditionnées à le faire. Messieurs avec de l’entrainement vous serez capables de faire une lessive, de répondre au téléphone tout en changeant la couche de bébé.

 

Dans le sport

A l’entrainement ou en compétition, il est vain de chercher à suivre plusieurs consignes. On a tous en mémoire les entraineurs qui crient : va plus vite, lance plus loin, plus ferme dans ta raquette, concentre toi sur ta respiration et continue de sourire ….alors que les meilleurs entraineurs au contraire ne donnent que peu de consignes, souvent une seule, très précise pour que le sportif se focalise entièrement dessus. L’exercice suivant contiendra probablement une autre consigne quand la précédente sera assimilée et intégrée.

Dans notre communication avec les enfants

Il en est de même avec nos enfants, comprenons qu’il n’est pas possible dans la même demande d’exiger de la vitesse ET de la précision ET de la perfection… C’est le meilleur moyen de les mettre en situation d’échec à la maison ou à l’école.

 

 

Enlever la charge mentale

Vous avez la sensation parfois d’être en surcharge mentale ? c’est surement que vous essayez d’accomplir ou de résoudre 2 problématiques (ou plus) en même temps. Prenez du recul sur ce qui vous préoccupe à l’instant présent et redonnez vous les priorités. En les notant, vous libèrerez votre cerveau de cette charge permanente.

Au quotidien, lorsque vous effectuez une tâche complexe, demandez vous ce que vous cherchez à accomplir exactement.

Pour vous aider, lorsque vous vous sentez totalement inefficace, prenez une pause et relisez l’article pour booster votre concentration

 

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte